PROJET DE DEMONSTRATION REGIONAL 2:

Mieux Comprendre les Contextes et Circonstances de la poly consommation chez les patients qui suivent un traitement de substitution d’opioïdes (TDO) : Questionnaires et entrevues auprès de patients et prestataires de soins et services

Statut de l’étude: RECRUTEMENT COMPLÉTÉ

Pour information, veuillez contacter:
Aïssata Sako
514-890-8000 ext. 30936
aissata.crism@gmail.com

Chercheuses principales :

  • Patricia Conrod, PhD (Université de Montréal)
  • Sherry Stewart, PhD (Dalhousie University)

Co-chercheurs :

  • Susanne Brissette, MD, MSc (CHUM/ Université de Montréal),
  • Dre Marie-Ève Goyer, MD, MSc (CHUM/Université de Montréal/ CRAN)
  • Dre Julie Bruneau, MD, MSc (CHUM/Université de Montréal)
  • Sean Barrett, PhD (Dalhousie University)

Contexte

L’utilisation illicite de drogues par injection ou de médicaments d’ordonnance est extrêmement répandue parmi les individus sous traitement de la dépendance aux opioïdes (TDO), et est responsable de diverses incapacités, morbidités et décès. Des chercheurs du pôle ont déjà démontré que les traits de personnalité tels que l’impulsivité, la sensibilité à l’anxiété, le désespoir et la recherche de sensations sont solidement impliqués dans le risque de toxicomanie et les dommages qui y sont reliés. L’équipe de Dre Stewart a récemment démontré des associations entre ces traits de personnalité et l’abus de substances chez les patients en TDO. En effet, un essai contrôlé randomisé (ECR) complété dans une clinique de TDO à bas seuil de Halifax a révélé que certains traits de personnalité sont aussi influents dans les cas graves de dépendance.

Par exemple, la sensibilité à l’anxiété (AS) prédit l’utilisation abusive récente d’opiacés sur ordonnance dans un but d’automédication, tandis que l’impulsivité (IMP) pourrait prédire un usage récent de drogues par injection associée avec comportements d’injection à risque élevée. Dans des ECR, de brèves interventions d’adaptation apportant les moyens de contrôler efficacement l’AS et IMP réduisent la toxicomanie, les symptômes d’anxiété et les comportements criminels. Cependant, ces interventions brèves doivent encore être testées chez des patients sous TDO. Nous nous attendons à ce que ces interventions deviennent un outil utile de réduction des méfaits pour cette population.

L’objectif principal de ce projet en deux étapes et supporté par le pôle Québec-Atlantique est d’évaluer la faisabilité d’adapter de brèves interventions de compétences axées sur la personnalité, de manière ciblée, pour aider les patients sous TDO à faire face à la co-utilisation abusive de différentes substances. Les participants de cette étude sont recrutés dans deux juridictions provinciales (Nouvelle-Écosse et Québec) dans un total de 4 cliniques différentes (2 à Halifax, 2 à Montréal). Lors de l’étape 1, les informations pertinentes seront recueillies et analysées pour permettre l’adaptation efficace d’un plan d’intervention existant afin de permettre son utilisation chez les individus sous TDO. Lors de l’étape 2, les manuels d’intervention seront adaptés en fonction des informations obtenues à l’étape 1 et la faisabilité des interventions avec les individus sous TDO sera évaluée.

Ce projet a trois objectifs :

  1. Recueillir des informations pertinentes sur les habitudes et les raisons de consommation des patients sous TDO par méthadone, sur leur profil de personnalité, leurs caractéristiques personnelles et sur les éventuels événements traumatiques vécus au cours de leur jeunesse auprès de 60 usagers du CRAN et de la clinique externe du CHUM ;
  2. Recueillir des avis et conseils par une entrevue individuelle auprès des patients TDO par méthadone (Entrevue avec 16 des 60 usagers) et par le moyen deux entrevues de groupes avec des prestataires de soins et services en clinique de TDO (Focus Groupe avec 18 professionnels des 2 centres) pour l’adaptation d’un programme d’intervention préexistant basé sur la thérapie motivationnelle
  3. Adapter et tester le programme d’intervention.

L’objectif global de ce projet est l’adaptation d’un programme d’intervention basée sur la thérapie motivationnelle, qui s’est montrée efficace dans la réduction de la consommation d’alcool et autres substances illicites auprès de populations jeunes et adultes. Dr Stewart et Dr Conrod souhaitent rendre cette intervention accessible à une population plus sévèrement atteinte de troubles de consommation et poly-consommatrice. La thérapie se base sur quatre profils de personnalité qui poussent les individus à consommer des substances psychoactives. C’est une thérapie brève, réalisable en deux séances d’environ 70 minutes, qui intègre des composantes cognitivo-comportementales, motivationnelles et des scénarios fondés sur des situations réelles. Chaque atelier se consacre à un des profils de personnalité, soit, la sensibilité à l’anxiété, l’impulsivité, la recherche de sensation fortes et les pensées négatives.

Sites de recrutement

  1. Centre de recherche et d’aide pour narcomanes (CRAN), 110 Rue Prince Arthur O, Montréal, QC H2X 1S7
  2. Service de médecine des toxicomanies, CHUM Saint-Luc, Pavillon Édouard Asselin, 264 boul. René Lévesque Est, H2X 1P1

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher