Consommation de drogues à l’ère de la COVID-19 : se préparer aux conséquences

Les consommateurs de drogues sont plus touchés par la pandémie que la population générale, ce qui devrait inciter les autorités de santé publique à s’adapter, selon Sarah Larney, chercheuse au CRCHUM.

La pandémie de COVID-19 affecte-t-elle la santé et le bien-être des personnes utilisatrices de drogues telles que les opioïdes illicites, la cocaïne et la métamphétamine?

D’après Sarah Larney, nouvelle chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), il s’agit d’une question de santé publique cruciale.

Avec la Dre Julie Bruneau, chercheuse au CRCHUM et chercheuse principale à l’Initiative canadienne de recherche sur l’abus de substances (CRISM-ICRAS), elle tente d’y répondre par un projet de recherche pancanadien lancé en mai et financé par les Instituts de recherche en santé du Canada.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher